Conseils et actualités comptablesConseils et actualités comptables

Comment améliorer le bonheur au travail ?

bonheur au travail

Le bonheur au travail est devenu depuis quelques années un thème récurrent et préoccupant pour tous les dirigeants de société. En effet, le travail est souvent cité comme une composante importante du bonheur pour les salariés mais également les cadres qui le citent moins souvent ainsi au profit de termes comme équilibre, plaisir, réussite.

1.Pourquoi s’intéresser au bonheur au travail ? 

L’étude du bonheur au travail est née parallèlement à la question de la clientélisation des collaborateurs et de leur exigence dans l’entreprise. Il est important d’envisager le salarié comme un client à part entière. Les exigences des salariés vont au delà du souhait d’avoir une salle de pause. En effet, le bonheur des salariés est linéairement lié à l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée grâce à une organisation et optimisation du temps de travail, une ambiance de travail conviviale, un travail utile, une reconnaissance et un respect de la part de ses collaborateurs.

C’est pourquoi pour renforcer le bonheur, il est primordial de s’impliquer à la satisfaction des besoins primaires. Effectivement, selon la pyramide de Maslow classant les besoins humains par ordre d’importance en 5 niveaux, si les besoins primaires ( le besoin physiologie lié à la survie : manger, boire, dormir, se vêtir et le besoin de sécurité) d’un salarié ne sont pas comblés, il n’y a pas d’intérêt à satisfaire les besoins d’appartenance, d’estime ainsi que le besoin de s’accomplir .

Le bonheur au travail est d’autant plus décisif car un salarié heureux est plus rentableimpliqué, productif et créatif. Selon une étude dirigée par l’institut Harvard et le MIT (l’Institut de technologie du Massachusetts), un salarié heureux est 31% plus productif et 55% plus créatif. Ainsi, pour donner satisfaction aux salariés désormais le métier de Chief Happiness Officer tend à s’implanter dans les entreprises.

2. Le phénomène du Chief Happiness Officer (CHO) : c’est quoi ? 

Le pionnier du métier Chief Happiness Officer est Chade-Meng Tan, ingénieur chez Google devenu lui-même CHO et plus précisément Jolly Good Fellow ( Super Bon Camarade ou  Joyeux Camarade). Chade Meng Tan s’est intéressé à l’insatisfaction au travail en organisant des conférences pour les salariés de Google pour lutter contre le stress. Le poste qu’il a développé est celui du responsable du développement personnel et du bonheur en entreprise.

Le métier de Chief Happiness Officer regroupe des compétences à mi-chemin entre les ressources humaines, la communication interne et le marketing. Le CHO travaille en étroite collaboration avec les services des ressources humaines notamment grâce à la mise en place de planning analysant les souhaits et les contraintes personnelles des salariés pour établir des plannings équitables et satisfaire le plus de salarié possible. Le défi du Chief Happiness Officer est donc de gérer le bonheur au travail, améliorer la qualité de vie des employés. Le but étant de les impliquer pour en faire des véritables ambassadeurs de la marque et d’augmenter leurs performances.

C’est pourquoi, il s’efforce à ce que chaque employé soit traité de la même façon et vérifie que ses besoins primaires soient satisfaits. Enfin, il accorde la parole aux employés en encourageant la prise en compte de leurs idées et leurs besoins. Chaque employé a besoin de se savoir écouté et entendu dans son entreprise. Les qualités d’un Chief Happiness Officer sont sans aucun doute la bienveillance et le sens de l’écoute. En outre, il doit être doté d’un esprit très positif.

3. Quelles sont les démarches à entreprendre pour améliorer le bonheur au travail ? 

En se questionnant plus philosophiquement sur le bonheur, on peut soulever quelques interrogations qui pourront réellement améliorer la satisfaction au travail. Tout d’abord, qu’est ce qui détermine le bonheur ? Sa définition est par nature propre à chaque personne. De ce fait, le bonheur de chacun est-il vraiment mesurable ? L’environnement de travail convivial, le taux de turnover (rotation du personnel dans une structure) n’évalue pas de manière égale le niveau de bonheur de chacun. De plus, y-a t-il vraiment un indicateur prouvant que les salariés soient heureux ? Finalement, si on s’interroge spécifiquement, force est de constater que le bonheur au travail est une affaire de chacun.

Les qualités d’un CHO devraient donc concerner l’ensemble des employés d’une entreprise. L’objectif est de créer un bien vivre collectif.

 

Comment améliorer le bonheur au travail ?
5 (100%) 4 votes
Elsa L'hote
Elsa L'hote
Rédactrice de contenus comptables
Comptabilite en ligne Compta-Clementine
Show Buttons
Hide Buttons